Petit flashback avant la rentrée

micro

ESCORT « Barbarians » (2014)
PARRALEL DANCE ENSEMBLE « Shoppin Cart » (2011)
ANNIE « Heartbeat » (2005)
HERCULES AND LOVE AFFAIR « I Try To Talk You » (2013)
LEMON JELLY « The Shouty Track » (2005)
AK PAUL « Landcruisin » (2016)
THIEVES LIKE US « Drugs On My Body » (2006)
THE INTERNET « Cocaine » (2011)
KING « The Greatest » (2016)
BABY ELEPHANT « How does the brain wave » (2007)
MOUSSE T « It Is Cos I’m Cool » (2004)
JULIO BASHMORE « Battle For Middle You » (2012)
OUT HUD « How Long » (2007)
LÅPSLEY « Operator » (Dj Koze edit) (2016)
CARNIFULL TRIO « Song For Guido » (2007)

Lien dans les commentaires

Reprise de l’émission prévue le 7 Septembre

 

Emission du 29 Juin 2016

vaudou

MAGGIE ROGERS « Alaska »
EL PERRO DEL MAR « Breadandbutter »
NICE AS FUCK « Door »
PRIMETIME « Anyway »
MOON HOOCH « Shot »
DJ SHADOW « The Sideshow » (ft. Ernie Fresh)
LYRICS BORN « I Changed My Mind » (Adrian Younge Remix)
MICK HARVEY « Coffee Colour »
VAUDOU GAME « La Vie C’est Bon »
FAZE ACTION « Mangwana »
VIRGINIA « Obstacle »
JIMMY EDGAR « Dreamz Come True » (ft Rochelle Jordan)
FONKYSON « Aquarelle »
DAN LISSVIK « G »

Lien dans les commentaires

Emission du 22 Juin 2016

DanLissvikLP

DAN LISSVIK « M »
TODD TERJE & THE OLSENS « Disco Circus »
DISCLOSURE « Feel Like I Do » (ft. Al Green)
NGAIIRE « Once »
SAMPHA « Timmy’s Prayer »
BADBADNOTGOOD « Time Moves Slow » (ft. Sam Herring)
LADY WRAY « Do It Again »
CASE / LANG / VEIRS « Honey and Smoke »
CAT’S EYES « Be Careful Where You Park Your Car »
DAMIEN JURADO « Lon Bella »
PJ HARVEY « The Orange Monkey »
BEYOND THE WIZARDS SLEEVE « Creation »
ADRIAN YOUNGE « Memories Of War » (ft Laetitia Sadier)
JUNIORE « A La Plage »
MICHEL HOUELLEBECQ « Playa Blanca »

Lien dans les commentaires

Goat + Camp Claude + The Social Network (Pointu Festival)

pointulogo

Photos des concerts ICI

Presqu’ile du Gaou, Six Fours Les Plages, 19 Juin 2016

Avant de possibles escapades à Rockorama et au Midi Festival, tous deux proposant encore une fois des programmations une nouvelle fois défricheuses, c’est à Six Four Les Plages que les amateurs d’indie avaient rendez vous.

On avait eu l’occasion de s’y rendre cet hiver pour la belle soirée hommage à Eliott Smith à l’Espace Malraux, on est ce soir motivé par la venue de Dinosaur Jr, ratés quelques semaines plus tôt à Nimes.

Douche froide en arrivant sur le magnifique site de l’île du Gaou, un tout petit écriteau nous annonce l’annulation de dernière minute du concert de ces derniers.

Grosse déception pour une part non négligeable des 4000 spectateurs (selon les organisateurs) dont la plupart ont fait pas mal de route exprès pour la bande à J. Mascis et Lou Barlow.

« keskonfait oueskon va » se dit-on dépité en écoutant les selections impeccables du selecta The Social Network, des Cocteau Twins aux Smiths, en passant les plus obscurs Freur ou Martha & The Muffins.

Les enchaînements sont parfois aussi hasardeux qu’un centre de Sagna mais que cela fait du bien d’entendre ces pépites à fond les enceintes dans un cadre pareil.

Coucher de soleil, petite brise et deux groupes sur trois encore jamais vus, on va rester un peu pour les premiers, on n’est pas à l’abri d’une bonne soirée.

Camp Claude investissent la scène vers 20h devant un public parsemé qui ne tardera pas à se rapprocher pour un live un peu mitigé.

Un peu comme le groupe précédent de Mike Giffts (machines) et Leo Hellden (guitares), les bien nommés Tristesse Contemporaine, on aimerait davantage être emballé par une musique sous bonnes influences mais assez convenue.

La chanteuse Diane Sagnier est aguicheuse à souhait et a un timbre plutôt agréable, mais on a l’impression qu’elle n’y croit pas vraiment avec des interventions et un jeu de scène peu convaincants.

Quelques titres sortent du lot, notamment ceux où Mike donne de la voix, rappelant qu’il a été dans une autre vie le fameux Mau des autrement plus marquants Earthling.

Peut-être qu’un batteur et un bassiste auraient donné un peu plus de chair à cet electro rock qui peine à décoller, y compris lors des eux reprises au programme, une molassone du « All shook Up » d’Elvis, et une un (tout) peu plus pêchue du « Ace of spades » de Motörhead.

La soirée sera néanmoins sauvée par le groupe suivant qui est malgré ses deux albums une totale découverte pour votre chroniqueur.

On sera bien en peine de coller une étiquette aux Suédois de Goat dont la mixture est des plus libres et audacieuses, adepte de mélanges et de fusions des grooves les plus irrésistibles.

Le chaînon manquant entre leurs ainés Talking Heads et des formations contemporaines comme No Zu, qui vont nous plonger dans une transe psychédélique où l’on ne saura jamais sur quel pied danser.

Ils sont une dizaine sur scène, et rien que visuellement on est impressionné, une sorte d’Avengers de la world music avec un guitariste sapé façon Tinariwen, des chanteuses arborant des masques Vaudou, un percussionniste au visage peinturluré…

Et contrairement à tant de groupe tape à l’œil qui misent plus sur le look que le son, la musique de Goat est riche et intense, et malgré tout suffisamment accessible pour mettre tout le monde d’accord, de la jeune branchée venue pour Etienne De Crecy au vieux blasé qui n’aurait jamais pensé autant guincher.

Non seulement la surprise est totale mais s’inscrit dans la durée, pendant plus d’une heure et demi, comme quoi l’annulation de la tête d’affiche aura eu au moins quelques heureuses vertus.

Après cette claque et se souvenant qu’il y a de la route à refaire, on fera l’impasse pour Superdiscount 3, vu à Marsatac et revu à Acontraluz, pour lequel une majorité de fêtards semble être venue.

On quitte Six Fours en regrettant de ne pouvoir y retourner le surlendemain pour revoir l’envoûtante Hollie Cook, tout en espérant y revenir dès l’an prochain si le bien nommé Pointu Festival daigne proposer d’aussi bons concerts, qui plus est gratuits.

Emission du 15 Juin 2016

dinosaurjr
ANGEL OLSEN « Intern »
THE KILLS « Whirling Eye »
THE JULIE RUIN « I’m Done »
DINOSAUR JR « Tiny »
THE STONE ROSES « Beautiful Thing »
MEXRRISSEY « El Primero Del Gang (First of the Gang to Die) »
QUANTIC « A Life Worth Living (ft. U-Roy & Alice Russell)
ELI PAPERBOY REED « Cut Ya Down »
JURASSIC 5 « Customer Service »
NGAIIRE « Diggin »
THE INVISIBLE « Love Me Again » (ft. Anna Calvi)
MAI LAN « Technique »
METRONOMY « Old School » (Fatima Yamaha Remix)

Lien dans les commentaires

Emission du 8 Juin 2016

virginia

IT’S A FINE LINE « The Delivery » (ft. Alex Kapranos)
DEATH IN VEGAS « Arise »
VIRGINIA « Bally Linny »
ANDROMAKERS « Fuschia »
POOM « Je Bois »
PAULINE CROZE « Les Eaux De Mars »
HYPNOLOVE « La piscine » (Voilaaa Remix)
JUNGLE BY NIGHT « Cruise Control »
UNKNOWN MORTAL ORCHESTRA « First World Problem »
BECK « Wow »
A-WA « Habib Galbi »
BACAO RHYTHM & STEEL BAND « Jungle Fever »
KAYTRANADA « Bus Ride »
DE LA SOUL « Pain » (ft Snoop Dogg)
FUGEES « Rumble In The Jungle » (ft A Tribe Called Quest, Busta Rhymes & John Forté)

Lien dans les commentaires

KRS-One

KRSCABARET

Photos du concert ICI

25 Mai 2016, Cabaret Aléatoire

Déjà la 14ème édition du festival Tighten Up qui a encore une fois proposé une série éclectique et alléchante de concerts et dj sets, dont le plus attendu était certainement le tout premier passage à Marseille d’une figure emblématique du rap US.

Bonne nouvelle en arrivant sur place, KRS-One a attiré beaucoup de monde ce soir, c’est un de ces artistes qui touchent plusieurs générations, bien que le public soit en toute logique en majorité trentenaire.

Et vu le contexte social tendu des deux cotés de l’atlantique, les tensions policières, ses hymnes sont encore des plus pertinents et parlent à un large public au delà du cercle des puristes boom bap.

Une musique à message à la limite du didactisme comme nous le rappelle une banderole déployée sur scène, KRS One signifiant « Knowledge Reigns Supreme Over Nearly Everyone ».

Après un warm up du dj Prof Babacar à priori plus branché P-Funk que France Gall, ce sont deux jeunes comparses remuants qui sont chargé de faire monter l’ambiance, G-$antana et Spacey K, avant l’arrivée du fameux MC.

Grosse ovation d’entrée en entendant son flow reconnaissable entre mille, cette voix si puissante qu’on oublie instantanément qu’il a fêté l’an dernier ses 50 ans.

Il n’hésite pas à balancer dès le départ quelque uns de ses plus gros tubes solo, de « Step into a world » au fameux « Sound of the police » en passant par l’inépuisable « Mc’s act like they don’t know » mais aussi « Stop The Violence » de sa période Boogie Down Production.

Si le son est comme souvent approximatif et limite au niveau des basses, l’énergie des premiers titres emporte une salle très réceptive, y compris sur les call and response du style « es-ce que le vrai hip hop est à de ce coté » très jean michel ça va.

Le soufflet retombe un peu à mi parcours sur le plus récent « Invaders » qui défend la cause des immigrés Mexicains sur fond reggae, et aussi lorsque ses collègues lui permettent de souffler pendant un « Everybody wants to be a concious rapper » assez anecdotique.

Si quelques uns de ses classiques manquent à l’appel, on est très content de réentendre un titre comme « A Friend », peut être son single le plus sensible.

On arrive au moment fatidique du concert, celui que l’on redoute le plus et qu’on attend le moins, cette 45e minute où la star du soir plie bagage au bout alors qu’il avait annoncé le plus sérieusement du monde que si ça ne tenait qu’à lui il ambiancerait « jusqu’à 5h du mat ».

Il se dédouane en rendant hommage à son dj Scott La Rock et multiplie les RIP à Eazy E, Biggie, Heavy D, 2pac, entonne le « Shimmy shimmy yeah » d’ODB mais rien n’y fait, on ne s’habituera jamais à ce format si étriqué que dure un concert rap.

Une surprise néanmoins, un rappel bouillant dans la fosse au son de « South Bronx », laissant ensuite ses collègues faire du remplissage derrière les platines avant que les vigiles nous indiquent avec insistance qu’après l’heure ce n’est plus l’heure.

Malgré ce bémol récurrent celle passée avec KRS-One laissera plutôt le souvenir d’une bonne soirée sous le signe du « peace love unity and having fun ».