Modeselektor, TTC, Dizzee Rascal

17 Août 2006, Cannes

Deuxième soir du festival et sensiblement plus de monde que la veille à la même heure , et pour cause, le groupe prévu pour faire l’ouverture auraît très bien passer en dernier et il ne fallaît pas rater une miette du live très attendu des Berlinois de Modeselektor.
Dès les premières mesures on est happé par le son énorme du duo star du label B-Pitch Control.
Et il ne faut guère que quelques minutes pour voir la terasse du Palais des Festivals se tranformer en dancefloor avant l’heure.
Derrière leurs laptops ils retranscrivent quelques uns des morceaux phares de leur LP « Hello mom » dans des versions quasi punk, les voix sont destructurées et les beats amplifiés, on passe en quelques secondes d’une house à un ragga sans que la pression ne retombe, et le succès est logiquement au rendez-vous.
Le Dj local, un dénommé Modsleep assure brillament les transitions en passant des bootlegs hip hop, de la Baltimore et de la Favela Funk, courants underground particulièrement appréciés par les Parisiens de TTC qui allaient se produire peu après.
Un concert somme toute assez inégal, à l’image de leurs dernières productions.
Si l’on applaudit les prises de risque soniques de leur virage électro, on a un peu du mal avec leurs textes et leur attitude un peu gangsta autoparodique et assez lassante.
Aucun morceau du premier album mais quelques inédits dont un probable single où il est question de téléphone et un autre plus frimeur sur Paris, des titres du street-cd de Cuizinier, et beaucoup de « Batards sensibles ».
Le final avec une trentaine de filles invitées sur scène se dandinant sur la booty salace de « Girlfriend » (dont les paroles outrancières n’ont pas l’air de déranger les intéressées) est assez marrant et puis « Dans le club » est toujours aussi efficace.
Esperons les retrouver un peu plus inspirés une prochaîne fois pour que l’on s’amuse autant qu’eux ce soir.
Place ensuite au highlight de cette 5ème edition, qui justifiait à lui seul le déplacement, le trop rare dans nos contrées Dizzee Rascal dont c’était seulement la deuxième date en France après les Transmusicales il y a une paire d’années.
Aux quelques dubitatifs quand à son statut de tête d’afiche, on rappelera simplement que ce jeune rappeur anglais est issu de la bouillonante scène Grime, encore peu vendeur ici mais artistiquement aussi important que Public Enemy dans les 80’s et le Wu Tang Clan dans les 90’s, qu’il manie les rimes et défriche les sons, est doté d’un bagout, d’une intégrité et d’un maturité à couper le souffle.
Son show sera classique dans la forme (un dj et un autre mc) et redoutable dans le fond.
Flow ultra rapide, morceaux forts à même de provoquer l’hysterie d’un public divisé entre connaisseurs et curieux, tous bluffés.
« Jus a rascal », « Respect me », « I luv U », presque tous les classiques de son répertoire sont là, il s’amuse pendant un moment à passer de gros tubes rock pour introduire son sec « Fix up, look sharp » et finira par l’explosif « Stand up tall » qui nous acheva physiquement et mentalement.
Une tornade vient de passer, probablement un des meilleurs shows hip hop vus et à voir cette année.
Chapeau à ceux qui ont eu les bollocks de le programmer, en espèrant que ça inspire d’autres programmateurs à l’avenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s