In Bed With Institubes

Cabaret Aléatoire, 29 Mars 2008

Institubes est bien connu des amateurs d’electro saturée, c’est avec Ed Banger un des labels Français ceux qui s’exportent le mieux depuis quelques années avec des producteurs comme Surkin, Bobmo et surtout Para One qui s’est illustré avec succès au festival Marsatac à l’automne dernier.
L’affiche de ce soir est un peu différente, pretexte au lancement d’une division plus axée rap, nommée $tunts.

Arrivé vers minuit on est un peu surpris de voir si peu de monde dans la salle pour un samedi soir, peut être une centaine de casquettes à tout casser.
Ambiance timide mais sympathique avec le dj Young Pulse qui se fait danser les premiers rangs sur quelques tubes crunk de UNK? Crime Mob ou Lil Jon.

Le trio So Fresh Squad arrive ensuite pour présenter les titres de leur EP sur le point de paraître.
Ils sont français mais soniquement parlant c’est vraiment très proche de ce qui se fait outre-Atlantique, peut être trop.
Au niveau des paroles aussi c’est similaire aux âneries en vogue dans les charts US, de « So fresh snap » à « Elle a du style » ça ne vole pas bien haut mais ils ont un flow efficace et une certaine energie scènique.
Les moments les plus appréciés auront quand même été les détournements de morceaux bien connus comme « Crank dat » de Soulja Boy, une des influences évidentes du groupe.

Cuizinier le Pimp rouquin de TTC était déjà venu en solo à Marseille il y a une paire d’années au Trolleybus et j’en gardais un assez bon souvenir, malgré la deception des disques parus entre temps avec ses compères.
Le showcase de ce soir était assez similaire, bon enfant, avec des extraits de ses anciens street-cd’s (« Simplement le meilleur, « Saute sur ma musique », l’inévitable « L’enculé le plus cool ») mais aussi de TTC (« Telephone », « Travailler », « Girlfriend ») et puis quelques inédits qui seront sur sa prochaîne galettes « Pour les filles vol.3 ».
Ou les samples improbables sont à nouveau au rendez-vous, faisant le grand écart entre Blur et…Herbert Leonard.
Même trituré, pitché, screwé, ça choque l’oreille mais on a l’habitude d’exploser les limites du bon goût avec ces gens-là.

Une fois le concert terminé, la piste se vide avant même que Dj Orgasmic ne lance un remix de Crookers du « Thunderstruck » d’AC-DC, seule une vingtaine de clubbers a visiblement envie de continuer à danser, puis une dizaine, puis quelques groupies.
Pour ne rien arranger il livre un set sans concessions entre titres aggresifs à la limite de la trance et sonorités bassline avec lesquels peu sont familiers, trop barré sans doute pour ne pas achever les derniers volontaires, un flop écourté avec le passage à l’heure d’été qui nous laisse sur notre faim mais le reste de la soirée était pas trop mal, sans doute meilleur s’il y avait eu plus d’affluence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s