Festival Check The Rhyme

Cabaret Aléatoire, 7 Février 2009.

Les B-Boys et B-Girls de la région se sont donné rendez-vous ce soir pour un plateau hip-hop US chapeauté par Balas Productions qui ne font jamais les choses à moitié, plateau alléchant sur le papier et qui a tenu presque toutes ses promesses.
La salle n’est pas sold-out mais très bien remplie, la moyenne d’age rappelle que les groupes présents ont d’avantage marqué les années 90.
Lorsque j’arrive vers minuit Dj Djel chauffe la salle avec des nouveautés mais des nouveautés de vétérans (Q-Tip, Grandmaster Flash…), dans une ambiance résolument old-school.
Surprise lorsque débarquent les Beatnuts, vu leur notoriété on aurait pu s’attendre à ce qu’ils passent bien plus tard.
Une belle entrée en matière pour les Porto ricains qui avaient décroché la timbale avec le sautillant « Watch out now » qu’ils joueront avec quelques autres bons souvenirs comme « No escapin this ».
Seul problème à ce set, c’est extrêmement court, peut être 20 minutes à tout casser, on reste un peu sur notre faim.
Ensuite c’est le tour de Jeru tha Damaja et son dj à la coupe très Prince de Bel-Air.
On se souvient de son album avec Dj Premier et le percutant « Ya playin yaself », un peu moins du reste, et sur scène c’est pareil, avec des invectives un peu inutiles entre chaque titre.
La grosse claque me concernant, c’est Paris dont c’est étonament la première tournée en France.
Le nom de son label s’appelle Guerilla funk donne la couleur, le style dansant et ultra offensif, un flow de mitraillette et des sons et scratches impressionnants, pas très éloignés de la puissance de feu de NWA et Public Enemy.
La tension retombe un peu avec les Lords Of The Underground qui sont plus festifs dans leur attitude, avec encore une fois une belle énergie.
La soirée se termine avec les biens nommés Tha Alkaholiks qui viennent bouteille à la main en découdre avec une assistance bien imbibée à ce moment-là.
Les premiers rangs sont d’ailleurs invités à monter sur scène se servir de liqueur magique, sur le son des toujours efficaces Hip hop drunkees, plus tard pour « Best you can » ce sont quelques filles un peu hésitantes qui viennent remuer du popotin.
Dans l’ensemble la fête était assez réussie, si on peut regretter la brièveté de certains concerts on peut noter la qualité très correcte du son et des changements de plateau courts qui font que l’on a pas vraiment eu le temps de s’ennuyer.
Et puis la bonne idée de rassembler le même soir des groupes moins exposés aujourd’hui mais qui ont fait leur preuve aura probablement une suite avec pourquoi pas EPMD, Pharcyde ou Das EFX la prochaine fois ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s