Sandra Nkaké, Nevchehirlian, No Bleu…

Cabaret Aléatoire, 24 Avril 2009.

Soirée eclectique pour ce plateau proposé par le festival Gravitations qui pour sa première édition fête la sortie prochaine du premier album de Nevchehirlian qui a fait bien du chemin depuis ses mémorables premières soirées slam.

Avant les concerts à proprement dit, c’est une nouvelle tribune libre qui est proposée aux premiers arrivants, avec un disque offert pour chaque texte déclamé.

Ambiance bonne enfant avec des têtes que l’on reconnaît et des styles de prose dans des styles différents et souvent enthousiasmants.

Viennent ensuite No Bleu, projet d’un autre membre de Vibrion, Eric Cartier accompagné d’un percussioniste qui joue également du saxo, et d’un guitariste hanté par le blues.

Musicalement c’est plutôt sombre, minimaliste et souvent improvisé façon free jazz, pas très facile d’accès je dois avouer décrocher au bout de quelques morceaux néanmoins intéressants.

C’est un peu plus tard le tour de Sandra Nkaké l’invitée Parisienne très attendue par une frange non négligeable du public.

Son disque « Mansaadi » de bonne facture pour de la Soul « made in France » laissait présager un moment de grâce, et le moins qu’on puisse dire, c’est que la Franco-Camerounaise n’a pas déçu.

En la voyant arriver avec une béquille on craint qu’elle ne fatigue vite mais la prestation est de haut rang, peut être moins explosive qu’Alice Russell il y a deux jours mais tout aussi séduisante.

Que ce soit ses reprises (« Higher » de D’Angelo, « La mauvaise réputation » de Brassens) ou ses propres morceaux comme le semi tube « Happy » on baigne dans un univers soul jazz, soyeux et classe quelque part entre Grace Jones, Erykah Badu ou Me’Shell Ndegeocello.

Beaucoup de maîtrise, on sent qu’elle n’en est pas à sa première scène bien que son succès soit tardif.

Un vrai régal pour les yeux et les oreilles, sans compter qu’elle discute beaucoup avec le public et rit pas mal avec ses musiciens.

Un très bon moment qui nous fait regretter qu’il n’y ait pas plus de concerts soul dans le coin, et de chanteuse de ce calibre en France.

Il se fait tard pour le dernier live avec Nevcherlian, peut être un peu trop pour écouter avec attention un live qui ne manque pourtant pas d’énergie.

Si l’ambition de Fred et ses comparses d’allier l’energie du slam avec celle du rock est louable et assez réussie, ce sont néanmoins les morceaux les plus calmes qui ont mes préférences.

Programmé plus tôt le concert aurait eu, je pense, un plus fort impact, chose sans doute confirmée le lendemain en première partie de CocoRosie.

3 réflexions sur “Sandra Nkaké, Nevchehirlian, No Bleu…

  1. Merci !!!!!Un plaisir de pouvoir jouer à Marseille devant autant de monde ! Encore plus touchée parce qu’il s’agit d’un choix d’artiste à artiste ! Merci Nevchehirlian !Peace.Sandra

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s