Papas Fritas

Poste A Galène, 26 Mai 2011.

Apprenant le matin même l’annulation de la première partie Kid Francescoli je me doutais que le concert de ce soir n’allait pas attirer foule.

Confirmation en arrivant sur les lieux, nous ne serons que quelques dizaines à applaudir le retour des Papas Fritas, 14 ans (!) après leur précédent passage au Poste A Galène.
Toujours beaucoup d’amertume et de gène à voir des groupes adorés faire des flops pareils, autant que de plaisir à enfin les voir à Marseille.

Si le public présent semble avoir dans la trentaine et plus, les bonnes bouilles des membres du groupe font penser à d’eternels adolescents.
Le temps n’a pas non plus de prise sur ces mélodies pop aussi imparables que méconnues.

Concert qui propose un bon résumé de leurs trois albums, joué avec autant que décontraction que d’efficacité.
La basse ronde de Keith, la batterie aerienne de Shivika, la guitare redoutable de Tony et le clavier entrainant de Samantha se complètent à merveille.

Idem pour les chants et choeurs, on a l’impression que ces orfèvres ne se sont jamais quitté, plus complices que jamais et très communicatifs avec le public, le dernier rappel sera d’ailleurs improvisé autour de requètes de fans.

Ce qui frappe encore plus en live, c’est leur facilité à passer d’un morceau rock bien rèche à d’autres sucrecries plus elastiques.
Réentendre des bijous comme l’imparable « Hey Hey You Say », la ballade « Say Goodbye », le sautillant « Far From an answer », l’emphatique « Vertical Lives » ou l’eternel « Way You Walk » (avec un clin d’oeil à « Ring My Bell ») font passer aux happy few présents un moment mémorable.

Prolongé pour certains en discutant avec le groupe nous confiant entre deux autographes la joie d’avoir joué sans pression quelques jours avant leur passage au gros festival Primavera de Barcelone.

Papas Fritas, pas plus un hommage aux frites qu’une profession de foi, acronyme de « Pop Has Freed Us », la pop les a libéré, la leur nous a régalé.

Des photos du concert ICI

Publicités

5 réflexions sur “Papas Fritas

  1. Ouais y a eu une date à Paris et donc celle là avant Barcelone.

    J’étais pas le seul à leur demander mais c’est un peu compromis pour qu’il y en ait d’autres, Tony joue dans plusieurs petits groupes et produit pas mal, Shivika est mère de deux enfants dans un coin paumé en Caroline du sud.

    Un vrai gâchis vu la qualité de ce concert.

    J'aime

  2. Non non, ils se sont séparé pas parce qu’ils étaient fachés mais simplement qu’ils ne vendaient pas de disques à l’époque, alors imagine aujourd’hui.

    Leur dernier album « Building and grounds » avait assez bien marché en France mais leur label de l’époque Spirit Of Jungle avait coulé peu après.

    Par contre leur single « way you walk » ayant servi pour une pub tv aux usa, ils touchent encore un peu d’argent avec.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s