I’m From Barcelona

Photos du concert ICI

Cinéma Le Prado, 25 Mars 2012.

I’m From Barcelona en concert à Marseille ? Chouette nouvelle. Au cinéma Prado ? Euh bizarre mais bon on a pas trop le choix.

L’idée du collectif Borderline d’organiser des soirées ou concerts dans des endroits inhabituels semble avoir ses adeptes en tout cas, il y a pas mal de monde devant dès 18h30, heure annoncée du début des festivités.

Ayant reçu trop tardivement le sms de l’ami Pirlouiiiit qui me prévenait que ça n’allait commencer que deux heures plus tard, on poireautera un peu dans le hall avant de quitter les lieux, refroidis par les prix exhorbitants des consos et le dj totalement hors sujet.

Il fait beau, autant se rafraichir en terasse, se ravitailler et de constater avec plaisir que le rendez vous a attiré pas mal de connaissances amateurs d’indie pop.

C’est finalement vers 21 heures que les Suédois investissent la grande scène, au son emphatique du « Barcelona » de Freddie Mercury.

Ils semblent presque au complet, soit une vingtaine de membres.
Plus une troupe qu’un groupe, découverte en 2006 avec des chansons festives façon Belle & Sebastian sous poppers.
On pense aussi à la démesure de Polyphonic Spree, il y a si jai bien compté trois choristes féminines, autant de mecs, deux claviers, trois guitares, un scratcheur, deux cuivres, un batteur et j’en oublie surement.

Un peu dur, parfois, de s’y retrouver dans cette profusion de sons, la symphonie pop tournant parfois à la cacophonie.
Elle commence tambour battant avec le sautillant « Get In Line » et rapidement le chanteur commence à interpeller le public entre les titres.

Le chanteur nous dit qu’il a toujours rêvé être dans un film et que jouer dans un ciné c’était presque ça, en nous demandant quel réalisateur français pourrait les mettre en musique. Peut être feu Jacques Tati ?

Il exigera que les lumières soient rallumées pour pouvoir voir les fans se dandiner, une bonne moitié quittant des sièges confortables pour festoyer debout.
L’ambiance est déjà bon enfant que sont lancés du haut de la salle d’énormes ballons rouges alors que les musiciens font pêter les cotillons.

Sur une voire deux chansons on ne fait plus trop attention à ce qui se passe sur scène, la fête bat son plein, l’effet de surprise réussi.

Ils feront monter un spectateur pour jouer de la guitare et encouragent à de nombreuses reprises à taper des mains, chanter les refrains et suivre des chorégraphies très étudiées comme celle très imagée de « Treehouse ».

Les tubes « Headphones » (ma préférée) et « We’re from Barcelona » sont évidement au programme, cette dernière couplée avec le « We are your friends » de Simian.

Au final, malgré l’attente interminable, tout le monde semble avoir passé un bon moment avec cette bande de doux dingues, aux compositions parfois mineures mais à l’euphorie souvent contagieuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s