Darkness Falls

Photos du concert ICI

Cabaret Aléatoire, 27 Octobre 2012.

Drôle de soirée que celle ci.
Annoncée tardivement, la venue de Darkness Falls au Cabaret Aléatoire était aussi inattendue qu’appréciée mais on pouvait légitimement se demander qui ça allait intéresser.

L’album sorti l’an dernier est passé inaperçu, c’est le dernier soir de la beaucoup plus courue Fiesta et pour enfoncer le clou, un mistral glacial à décourager plus d’un curieux.

Ce sera donc juste une petite vingtaine d’happy few qui assisteront au concert des Danoises, dans une salle bien trop grande pour elle de toute façons.

Pas de temps mort entre la fin du set de Ziris (déjà vu en 1ere partie de Carl Craig) et le début du leur.

Ils sont en fait trois sur scène, la chanteuse Josephine (jouant parfois du clavier ou tambourinant une cymbale), la bassiste Ina et un guitariste additionnel en second plan également chargé de lancer des samples.

N’ayant qu’un seul album à leur actif le concert sera très court, sans rappel, assez frustrant quand on s’est déplacé spécialement pour le duo.

Mais ces 40 minutes et des poussières comptent parmi les plus belles entendues cette année dans le genre.
Une musique exigeante mais très accessible, qui pourrait sans compromission plaire autant aux fans des XX (pour le coté new wave minimaliste) que de Lana Del Rey (pour l’ambiance cinématique).

Un rock élégant et lancinant avec selon les titres quelques accents folk voire country, et de discrètes touches électroniques dans l’esprit de Trentemøller qui a produit certains de leurs morceaux.

Les très planants « Alive in us » et « Josephine » sont aussi beaux que sur cd, les plus percutants « Hey » et « The Void » font légèrement bouger les têtes.

On regrettera néanmoins qu’elles communiquent si peu avec le maigre public, juste quelques remerciements au début et à la fin « pour ceux qui sont restés ».

Pas de rappel et pas de stand après, elles semblaient même un peu pressées de quitter les lieux.
On fera de même peu après, peu motivés vu le contexte à danser sur le set du dj Anticlimax qui envoyait du lourd d’entrée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s