Metronomy

metronomy

7 Novembre 2014, Le Silo

Sans surprise même si ça s’est joué dans les dernières heures, le concert de ce soir affiche complet.

Comme le soulignera très justement Joseph Mount, tête pensante du groupe, depuis son succès hexagonal Metronomy n’a pas joué à Marseille depuis 2007 au Cabaret Aléatoire où ils ouvraient pour Bloc Party.

Une drôle d’aberration puisque qu’entre temps leurs fans motorisés ou covoiturés auront eu l’occasion de les voir en plein air aux Voix du Gaou (RIP), au Pont du Gard, aux Arènes de Nimes mais pas dans une salle qui leur est ce soir acquise d’avance, avec une assistance plus large que celle que l’on croise aux concerts « indé », qui rappelle un peu le succès d’Arcade Fire au Dome.

Pas vu la première partie Glass Animals qui a commencé très tôt et joué devant très peu de monde, mais entendu des échos encourageants à leur encontre.

C’est à 21 heures pétantes que les Anglais en costards blancs très sixties investissent la scène pour une heure et quart de réjouissances pop.

Ce qu’il y a de réjouissant c’est qu’ils ne sont pas là uniquement pour assurer le service après vente de leur récent et mitigé « Love Letters », la part belle sera faite aux précédents albums plus immédiats que sont « The English Riviera » (2011) et « Nights Out » (2008).

Ce sont d’ailleurs les morceaux de ces derniers qui auront le plus de succès, de « Heartbreaker » à « The Bay » en passant par « Radio Ladio », « The Look » ou le toujours irrésistible « Everything Goes My Way » chanté par la batteuse Anna Prior.

Sur les titres les plus dansants on apprécie les lignes de basse du fringant Olugbenga Adelekan, le plus communicatif du groupe avec le chanteur, invitant souvent le public à taper des mains aux moments clés du set.

Par contre les claviers de l’invité Michael Lovett frisent parfois un peu le kitch, sur l’intro de « Reservoir » notamment.

On confirme l’enthousiasme eux et celles qui les avaient vu cet été, si on a pu déplorer une certaine monotonie lors des premiers live du groupe, on n’a ce soir pas vu le temps passer.
Les plus pointilleux regretteront quelques enchaînements hasardeux entre titres calmes et relevés qui empêchent le tout de vraiment décoller mais dans l’ensemble la plupart ont apprécié.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s