Meatbodies + Qúetzal Snåkes

meatbodies

Photos du concert ICI

12 Avril 2016, Poste à Galène

Une fois n’est pas coutume ce ne sont pas un mais deux groupes locaux qui ouvrent pour la tête d’affiche du soir.

Le chanteur de The Pleasures le précise, c’est leur tout premier concert ensemble, mais les musiciens de ce quatuor sont bien connus des habitués de la scène punk d’ici.

« Un parfait groupe consanguin » me souffle l’expert Philippe, avec entre autres des membres de Neurotic Swingers et French Revolution.

Musicalement c’est plutôt bien enlevé et agréable sur le moment mais après coup, le set de cette nouvelle formation apparaîtra un peu anecdotique après avoir entendu les deux suivantes.

Qúetzal Snåkes ne sont pas non plus des inconnus des lecteurs de liveinmarseille où ils ont été chroniqués une bonne demi douzaine de fois depuis deux ans, et sont bien partis pour cartonner extra-muros avec des dates annoncées aux excellents festivals TINALS et Rockorama.

Mieux vaut tard que jamais c’est seulement ce soir que je les découvre sur scène après quelques rendez-vous manqués.

Les éloges qui n’ont pas manqué jusque là sont confirmées dès les premières minutes, ces Qúetzal Snåkes sont plutôt impressionnants avec un mur de guitares comparable aux déflagrations d’un tremblement de terre.

Un vacarme tellement énorme qu’on entendra à peine le chanteur sur certains morceaux, par ailleurs pas mis en avant mais sur le coté droit de la scène.

Beaucoup de bruit donc mais rien de vraiment inaudible, plutôt une bonne dose d’adrénaline qui hérisse les poils tout au long de ce déluge de décibels, avec un groupe qui se lâche autant que s’ils jouaient devant beaucoup plus de monde.

On peut parle de shoegaze mais j’y entend aussi des vibrations grunge, et une louche de psychédélisme qui va se prolonger avec le dernier groupe.

Après une telle agression on aurait pu craindre que les Meatbodies fassent pale figure en comparaison mais il n’en sera rien, on aura encore droit à du bon gros son qui tâche mais autrement.

Les Américains emmenés par Chad Ubovich vont même faire monter l’ambiance d’un cran avec pas mal de pogos aux premiers rangs et le reste du public tout aussi enthousiaste.

Inutile de savoir qu’il a joué avec Fuzz et Mikal Cronin, on pense dès le départ à la frénésie de son pote Ty Segall, avec une alternance de brûlots plus ou moins courts, chantés (voire hurlés) à plusieurs voix plus ou moins nasillardes et exécutes sans temps mort.

Enfin surtout après un petit soucis de corde bousillée qui nous donnera l’occasion de se trémousser sur un instrumental entêtant pendant que le leader ne répare son précieux instrument.

Les mélodies accrochent sans qu’une chanson en particulier ne se dégage du lot, on apprécie l’énergie et la sympathie d’un groupe qui semble ne pas avoir plus d’ambition que de faire remuer des cheveux, chose qu’un des membres fait régulièrement sans avoir l’air trop ridicule.

L’ambiance qui leur fera dire « wouh that was wild » après un de leurs longs morceaux de bravoure ne suffira néanmoins pas à les faire revenir pour un rappel il est vrai mollement réclamé alors que la sono était déjà de retour.

Pas bien grave, ce concert des Meatbodies aura allègrement tenu ses promesses de sueur et mérité son relatif succès.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s